Menu de catégories

Publié par le 31 Juil, 2015 | 16 commentaires

Fibromyalgie-Ma victoire

Fibromyalgie-Ma victoire

Toi et moi pour la vie, c’est ce que tu avais soufflé à mon oreille, après mon diagnostique.

Depuis trop longtemps, tu t’étais déjà imposée à moi sans autorisation

Futile et sournoise, tu me collais à la peau

Avec ta saleté de maladie qui était devenue une horreur au quotidien

Cette foutue maladie qui m’a torturé et poussé jusqu’aux pleurs

Celle qui avait crée un barrage infranchissable contre la privation d’énergie.

Jour et nuit elle me persécutait par la douleur et me faisait comprendre

Que la douleur est un harcèlement continu

Que la douleur est un tsunami qui détruit tout au passage

Que la douleur est un cancer, dont les métastases se développent,

Jusqu’au plus profond du cerveau

Tu ne cessais de me rappeler que tu étais avec moi pour y rester

Et tu croyais pouvoir cohabiter longtemps dans mon corps

Mais moi, je croyais fermement, au contraire, que tu ne serais que de passage

Que tu étais seulement en transition là où tu croyais avoir établi ta maison

Depuis que tu étais là, avec ce mal invisible, avec ton aigreur viscérale

Chaque mouvement me demandait un effort

Tu utilisais cette maladie pour prendre ma vie en otage

Et mettre un point d’arrêt à mes projets, à mes rêves

Tu me privais de mes nuits, de mes énergies

Tu m’en faisais voir de toutes les couleurs

Quand mes nuits devenaient cauchemar,

Qu’il m’était impossible de trouver une position confortable

Quand tout mon corps criait de douleurs

Que mon dos et mon bassin semblaient vouloir me ralentir

Que tous les membres de mon corps brûlaient, tremblaient et me faisaient mal

Que j’apercevais à travers les rideaux la lueur et que le matin je glissais sur le sol

Quand un seul vêtement sur ma peau était en trop

Tu aurais eu beau, planter toutes ces aiguilles dans mon corps

Je gardais la force et le courage,

Je pensais et agissais différemment de ce que tu voulais, en gérant la douleur

Parce que ma tête n’était pas malade, c’est mon corps qui l’était

Il n’y avait pas, selon moi, de fatalité qui m’obligeait à te garder

Je voulais trouver la force de tourner la page

Même si pour cela je devais faire le deuil de celle que j’étais

Même si je craquais de temps en temps,

Même si je voulais parfois pouvoir crier, pleurer sans gêne

Parce que tu prenais mon énergie et la changeait en fatigue

Moi je savais et je demeurais bien consciente que

C’était un défi de chaque instant de se sentir ainsi diminué,

Avoir l’esprit embrouillé et se sentir épuisé sans raison

De devoir se justifier aux yeux des autres

Qui ne pouvaient pas te voir ni t’entendre quand tu habitais mon corps

Encore moins comprendre ce combat quotidien que je livrais seule

Contre cette maladie qui n’était pas apparente mais bien présente et réelle

Cependant, je savais, sans l’ombre d’un doute, qu’il me serait possible

De reprendre en main mon destin, de retrouver la force de me tenir debout pour te vaincre.

Évidemment, ça n’allait pas se faire sans difficultés, ni souffrances,

Mais, en combattant avec Celui qui m’a donné la vie

Je pouvais arriver à composer avec ta présence, mais jamais plus dans la douleur

Je savais que je pourrais arriver à me débarrasser totalement de toi

Je savais qu’il me serait alors de nouveau possible un jour de retrouver le sourire

Qu’il me serait possible de réussir à ne plus vivre dans le passé

Ni regarder en arrière en pourchassant des fantômes

Mais je voulais plutôt abattre les murs de cette prison et prendre mon envol

Vers une vitalité rayonnante, vers une victoire

Et si tu croyais que tu allais me garder prisonnière de ce corps

De cette maladie chronique invisible, que tu disais avoir liée à moi pour la vie

Il n’était pas question que je te laisse gagner, je savais que je saurais te jeter dehors,

Que tu ne pourrais plus m’empêcher de sourire, et ça, même si je ne pouvais en guérir

Et si tu pensais avoir gagné la bataille, moi je savais que je gagnerais la guerre.

Fort heureusement, je peux dire maintenant que, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir

Car Dieu, qui a créé le monde d’un souffle, d’un verbe, d’un seul mot

A réussi à vaincre l’intrus que tu étais

Qui voulait s’emparer de mon corps et de mon énergie pour la vie.

En travaillant avec la puissance de mon subconscient et la Puissance de l’Univers

Qui peut agir sur la matrice de la réalité,

J’ai fini par aller de mieux en mieux, de jour en jour et à tous les points de vue

Et de MA VICTOIRE, aujourd’hui je peux témoigner après toutes ces années de douleurs

Pour fortifier ceux et celles qui souffrent en silence de ce mal invisible

Et leur donner l’espoir que rien n’est impossible pour celui qui croit, et

Que tout est possible PAR CELUI qui nous fortifie.

Tout ça a été rendu possible suite à la rencontre d’une personne merveilleuse, que je ne cesserai de remercier,  qui a su me donner confiance et m’encourager à croire que TOUT EST POSSIBLE et qu’il ne fallait jamais baisser les bras.

CROIRE, CROIRE et CROIRE

Carole L’Archer

www.mordredanslavie.com

468 ad

16 Commentaires

  1. Merci pour cette belle reussite ! Si c’est possible alors je gagnerai cette guerre aussi

    • Oui c’est possible et vous pouvez gagner cette guerre j’en suis certaine. Bon courage!

    • je viens de decouvrir ce commentaire,il y a 1 an au tout debutde cette maladie,j’ai sombre dans la depression,et l’alcool,je voulais Partir,apres tout perdu travail a mon compte,je ne pouvais pas tombe plus bas.
      Je me suis battu,je redemarre mon activite prof..
      je vis le jour le jour tout les soirs massage ,avec un fauteuil ,que ma mis sur ma route pour 170€ ,je dors sur
      un tapis a fleurs ,je RE VIE
      je me sens mieux,alors ne faite pas comme BATTEZ VOUS ,

  2. C’est exactement ma façon de penser… Je sais que je vais chaque jour de mieux en mieux à tout point de vue… Même si des fois j’ai des rechutes… Je sais que l’Amour est plus fort que tout…..que la Vie c’est plus fort que la mort…. Que je dois ressusciter à chaque instant… Et devenir qui je suis vraiment! Moi.

    • Tout à fait! Belle philosophie! Faut surtout pas lâcher!

  3. Bravo, c’est courageux de vous reprendre en main. Il faut toujours garder en tête que tout est possible. A tous les jours et à tous les points de vue, croyez que vous allez de mieux en mieux et que votre corps se regénère

  4. Il faut continuer à faire tout ce qu’on est capable de faire.
    Le travail et les activités sont très important.
    C’est quand qu’on arrête tout que la maladie prend le dessus.
    Il faut surtout bouger car si on ne bouge pas on raidit et c’est encore la maladie qui gagne du terrain.
    Oui c’est douloureux mais même en faisant rien c’est pire encore.
    Nous devons nous habituer à la douleur pour la vaincre.
    Bonne chance et tous.

  5. J’en suis bientôt à ma 20 ieme dans cet enfer….. Je n’en peux plus de ne pas vivre…..

    • Je comprends ta détresse mais il ne faut jamais désespérer

  6. Atteinte depuis 16 ans, j’ai des hauts et des bas. Je travaille à temps partiel seulement. Mais depuis 1an, en plus de la Fibromyalgie j’ai dû passer par une chirurgie à la colonne vertébrale. Arrêt de travail, je m’immobilise plus. Avec l’automne,l’humidité, les douleurs de la FB reprennent. Tout ça ensemble me désespère. J’essaie de prendre une journée à la fois, vivre le présent, sans penser à l’avenir. À 50 ans, j’ai l’impression de me faire voler du temps précieux et des rêves que je ne pourrai peut-être pas réaliser… mais j’essaie de croire…

    • Il ne faut jamais désespérer, la vie nous réserve parfois des surprises et là où tout semble impossible, tout à coup nous voyons les choses se réaliser. Surtout garde l’espoir et dis toi bien qu’à tous les jours et à tous les points de vue tu vas de mieux en mieux, ton corps se régénère. Je te dis que cette simple phrase qui tourne en boucle dans ta tête, ça peut changer les choses.

  7. Carole, tu ne donnes pas de détails ou du moins, je n’ai pas vu, qu’est-ce que tu as fait pour t’en sortir? sans être indiscrète, qu’est-ce que cette personne à fait pour t’aider.
    Gros MERCI et BRAVO pour ta guérison 🙂

    • La confiance que j’ai mis dans mon subconscient m’a aidé énormément. Je n’ai cessé de croire en ma guérison et je me suis mise à bouger, de longues marches tous les jours, et par la suite j’ai commencé à courir lentement. Pendant tout ce temps je n’ai cessé de répéter cette phrase qui tournait en boucle dans ma tête. « A tous les jours et à tous les points de vue, je vais de mieux en mieux, mon corps se régénère de la tête aux pieds » ………. je sais que ça l’air de rien mais ça fonctionne. Aujourd’hui je suis fière de dire que je suis guérie. Il y a deux ans je n’aurais jamais cru pouvoir courir alors que j’avais de la difficulté à marcher mais depuis 1 semaine, je suis devenue demi-marathonienne, je viens de courir 21.1km et je suis très fière de moi. Fais-toi confiance tu peux y arriver à ta guérison. Il faut y croire, penser positivement et agir comme si tu avais ta victoire……tu va voir que ça va changer.

  8. Ton texte du début sur ce que la maladie te faisais vivre m’a touché direct au cœur et je te remercie pour ta réponse. Ça me donne du courage et je me dis ça y est c’est parti. J’ai guéri de la polyarthrite-rhumatoïde, maintenant je peux guérir de la fibro.
    WOW!!! bravo la demi-marathonienne.
    Je m’aligne à nouveau sur la guérison. MERCI

  9. Merci Carole pour ce très beau et très réaliste texte. Je partage pleinement ton avis sur la puissance de la pensée et la confiance à mettre dans l’Univers.

    J’ai mis du temps à souffrir en silence, jusqu’à ce que ma médecin mette un nom sur ces horribles douleurs. J’ai fouillé et finalement su que ce squatter (la FB) n’allait pas faire de mon corps, de mon âme, son dortoir.

    J’ai mis de l’ordre dans ma vie, appris à mieux gérer mon stress, modifier mon alimentation, rebouger….oui, oui Carole tu as raison, il faut absolument bouger, même si on fait la grimace au début.

    J’aimerais juste ajouter qu’une fois mon sourire et ma pleine santé retrouvés, il aurait fallu veiller et être attentive à ne pas retomber dans mes anciens schémas…..

    Le squatter est revenu frapper à ma porte…. j’ai repris une bonne mais stricte hygiène de vie…. cela va mieux, mais quelle leçon d’humilité….

    Apprendre à m’aimer, avoir une bonne estime de moi dans la douceur et le respect de mes « possibles » sont une médication à prendre à vie…. mais en fait…
    ce n’est que du BONHEUR et SANS DOULEUR….

    Courage et confiance à celles et ceux qui voudraient essayer !

    • Merci Andrea pour ce magnifique témoignage. J’apprécie vraiment ton commentaire qui va certainement redonner de l’espoir à tous ceux et celles qui sont aux prises avec « ce squatter » Ça prends du courage pour passer ces étapes mais je crois que tu as une belle résilience et tu es capable de lutter. Encore merci d’avoir pris le temps de mettre un commentaire <3

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *