Menu de catégories

Publié par le 19 Sep, 2015 | 0 commentaire

Les cinq clés qui mènent au bonheur…

Les cinq clés qui mènent au bonheur…

Le bonheur ne s’achète pas chez un concessionnaire, mais se cultive plutôt comme un jardin. Le vrai bonheur ne dépend d’aucun être, d’aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous (Dalaï Lama) Certains vont lui courir après, d’autres le savourent, mais tous nous y aspirons et en avons besoin. Pour vous aider dans cette quête, des spécialistes vous proposent cinq pistes…

Le bonheur est dans le pré, pour les uns, Pour d’autres, il est dans les bras de l’être aimé ou au détour d’une galerie d’art ou tout autre plaisir qui fait du bien . Chacun le sien, donc, et tous y ont droit! Parfois il est à porté de mains, souvent on passe à côté. Est-ce la disposition de l’esprit ou un don du ciel? Peu importe! L’important est de le cultiver. Il existe plusieurs pistes, toutes reposent sur des attitudes et une pratique au quotidien.

Quand on parle du bonheur, on peut dire sans se tromper que nous nous rapprochons ici de ce que les mots ne peuvent dire, car s’il n’y a pas de mot pour dire sa plus grande douleur, il n’y a pas de mot non plus pour dire sa plus grande joie.

Retrouver l’estime de soi.

Certaines personnes ont le don de se dévaloriser, d’autres savent qu’elles sont un cadeau pour le monde. La différence entre ces deux personnes? L’estime de soi, puisqu’il un gage de bonheur, une dimension de votre personnalité qui a besoin d’être alimentée. Une personne qui a une haute estime d’elle-même, se traite en diva, « elle prend la responsabilité de sa vie et donc de son bonheur, sans blâmer les autres », explique le psychiatre Christophe André. Avant de chercher les solutions qui sont à l’extérieur de nous, si nous découvrions d’abord tous les trésors qui sont en nous?

Cultiver de bonnes relations avec les autres

Le bonheur pour certains peut être de bichonner ses amis. « En contrepoint à l’égo attitude, penser aux autres est important pour être heureux » affirme Albert Ellis. Fondateur de l’approche émotivo-rationnelle. Son conseil : ne cherchez pas à vous sentir systématiquement aimé ou accepté par votre entourage. Faites de l’approbation des autres, un objectif souhaitable, mais non indispensable.

Nous savons tous que nos problèmes les plus troublants proviennent presque toujours de nos relations avec les autres. Lorsque tout va bien avec nos proches, nous traversons beaucoup mieux les obstacles et les difficultés de la vie. En cessant de ne s’occuper que de son petit moi, nous sommes prêts à donner aux autres, le meilleur en soi.

Donnez-vous des petits plaisirs

Et si le bonheur de vivre était une suite de petits bonheurs? Les petits plaisirs mettent le moral au beau fixe… Une pause café avec un collègue qu’on aime bien, un rayon de soleil au cœur de l’hiver… Le bonheur, c’est comme la santé, ça s’entretient tous les jours. Vous pouvez le savourer et ne cessez de penser que c’est une si belle expérience!  Si vous prenez le parti de la gaieté : la joie augmente le taux d’endorphine, ces hormones relaxantes qui sont les molécules du bonheur.

Faites la paix avec votre passé

De vieilles rancunes au sujet d’un ex, une histoire familiale difficile…il arrive que les souvenirs soient encombrants. Pour gagner en légèreté et donc en capital bonheur, faire la paix avec son passé est souvent une nécessité. Il suffit parfois d’en parler. Aujourd’hui, consulter un psy est devenu courant. Faire la paix avec son passé est aussi un signe de maturité.

Nous avons parfois de la difficulté à atteindre cette paix parce que nous vivons avec l’idée que nous ne pouvons pas faire des tas de choses, pour la simple et bonne raison qu’une fois, il y a bien longtemps, quand nous étions petits, nous avons essayé et n’avons pas réussi…

Développer votre créativité

Combattre la routine, s’ouvrir à l’inconnu…et si on essayait la créativité, un des piliers du bonheur ! D’après Christian Boiron, philosophe, pour explorer, exprimer sa personnalité et être heureux, cette qualité est essentielle. Votre matière première : la curiosité ! autorisez-vous les erreurs, les tâtonnements…dans de nombreux domaines, amusez-vous et inventez.

Le psychologue Mihaly Csikszentmihaly, professeur à l’université de Chicago, qui dans les années 1960, étudiait le processus de la créativité fut un jour frappé par le fait que lorsque l’exécution d’une peinture se passait bien, l’artiste était totalement absorbé par son œuvre  et poursuivait le travail jusqu’à son terme, oubliant la fatigue, la faim et l’inconfort. Dans cet état, le sentiment du moi se désintègre. On ne voit pas le temps passer. On utilise ses capacités au maximum.

Je vous suggère de placer ces cinq clés dans votre trousseau et de les utiliser tous les jours. Votre subconscient va finir par les assimiler et elles vous ouvriront de belles portes tout au long de votre chemin de vie.

 

Carole L’Archer
www.mordredanslavie.com

 

 

 

 

468 ad

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *