Menu de catégories

Publié par le 24 Août, 2016 | 2 commentaires

Les petits pas du quotidien…

Les petits pas du quotidien…

Chacun de nous avons notre routine et chaque jour nous devons accomplir des gestes répétitifs pour avancer dans notre quotidien. Faire la cuisine, le lavage, le ménage, la routine du boulot et j’en passe…

Tous ces gestes se font pour que nos journées se passent le mieux possible. Tous ces gestes semblent forts anodins pour quelqu’un qui a besoin de sensations fortes pour que son quotidien soit extraordinaire. Mais quand on regarde tous ces petits gestes de plus près, plusieurs sont remplis d’amour, de joies, de partages et de beaux moments. Les odeurs et sons du quotidien créent de merveilleuses images en tête.

À penser aux odeurs du quotidien me plonge dans de merveilleux souvenirs. Quand ma sœur et moi arrivions de l’école et que nous n’avions pas franchi encore les marches de la galerie, mais que nous savions déjà ce qu’il y aurait au souper. Car l’odeur du bon pain de ménage de ma mère embaumait la maison et même le dehors. Et l’odeur de sa délicieuse soupe aux pois qui frémissait sur le feu.

Que dire de l’odeur des beignes qui cuisaient pour ensuite être enrobés de sucre et qui plongeait toute la famille dans l’ambiance du temps des fêtes. Des odeurs du matin, le café, les toasts qui rôtissaient et garnies de confitures maison ou des crêpes et sirop d’érable qui invitaient à se lever. Des frites maison, qui une fois cuites, baignaient dans le sel, le vinaigre et le ketchup. Chaque fois que je sens cette odeur, j’ai l’impression que mon père est à mes côtés, car c’était comme ça qu’il les aimait. L’odeur du ketchup vert de ma mère qui mijotait et qui annonçait que déjà l’automne s’en venait.

Il y en a plein comme ça qui me revienne en tête. Et il n’y a pas seulement que les odeurs de bouffe. Le parfum de ma mère, l’after-shave de mon père, ces douces odeurs qui sont irremplaçables. Se plonger dans des draps qui ont séchés sur la corde à linge, il n’y a rien de plus magique. L’odeur de la maison quand le ménage venait d’être fait, l’odeur de chez-nous. L’odeur du gazon fraichement tondu, et du bois à corder pour l’hiver. Il y a tant d’odeurs douces à mon cœur, et quand l’une d’elles se manifeste, un souvenir heureux me revient en tête.

Et que dire des sons! Dès 6:00h le matin, la radio s’ouvrait dans la maison avec ses chansons western, les nouvelles, les sports et la météo. Le son n’était pas ouvert à tue-tête, juste ce qu’il fallait pour l’entendre. Je crois que c’est pour ça que la radio est toujours ouverte chez-moi. Le son quand ma mère ouvrait sa porte de chambre en essayant de faire le moins de bruit possible le matin. Mon père épluchant les patates en fredonnant une petite chanson. Et le son de sa musique-à-bouche aussi (harmonica). Les éclats de rire des réunions de famille. Si vous fouillez bien dans votre mémoire, je suis certaine que vous en trouverez plus que moi de ces petits et grands pas qui rendaient votre quotidien heureux.

C’est dans tous ces petits pas du quotidien que nous grandissons. Sur le coup, nous ne nous rendons peut-être pas compte de tous les bienfaits qu’ils nous apportent et nous apporteront. Mais devenus adultes, quand nous y pensons, ils mettent immédiatement un sourire sur notre visage. En tout cas, c’est ce qu’ils me font à moi et parfois, j’aimerais tant retrouver l’un de ces instants précis où c’était si bon avec les gens que j’aime.

Vous en avez appris et en inventerez de ces petits pas à votre tour. Alors imaginez dans tous vos petits pas du quotidien ceux que vos enfants se remémoreront une fois devenus adultes. Eux aussi chériront ces doux instants et se diront «ça c’est du bonheur!». Alors, à vos petits pas!

Prêts!! Partez!!!

Lynda Morin
Dada xx
Magnifique photo de: Lynda Morin

www.mordredanslavie.com

 

468 ad

2 Commentaires

  1. Lynda Morin, vous écrivez très bien, de belles réflexions ,vous me faite voyager sur cette vie, ressortir quelques souvenirs…j’aime votre façon de le dire pleine de sagesse 🙂Merci

    Allo maman aujourd’hui je compose ta fête
    Me reconnais tu dans le désert de tes souvenirs
    Je vais dessiner des images de couleurs abstraites
    Ce flou de photos rangées dans l’étui de cuir….G.B.

  2. Bonjour Ginette Boisjoli, merci à vous pour votre commentaire sur mes écrits. Écrire offre une source infinie de voies à explorer, à découvrir et de lumière où se laisser bercer. Votre écriture en est toute aussi empreinte que la mienne, votre poésie est très touchante. J’ai hâte de vous lire à nouveau! Merci!

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *