Menu de catégories

Publié par le 4 Mai, 2017 | 1 commentaire

Désirs et besoins d’un dépendant affectif

Désirs et besoins d’un dépendant affectif

Souvent dans les relations de « codépendance » nous sommes persuadés que le fait de vivre ces relations est une forme de réponse à nos désirs et à nos besoins mais vous allez comprendre qu’en réalité, bien souvent c’est l’inverse qui se produit.

L’illusion dans laquelle nous avons été conditionnés à croire qu’une relation est censée combler notre vide affectif, nous a menés à nous déconnecter de notre véritable identité et par conséquent à confondre nos besoins réels et ceux de notre ego.

Ainsi la plupart du temps ce sont les besoins de notre ego que nous comblons dans le cadre des relations de « codépendance ». Ce faisant nous continuons inconsciemment d’alimenter nos peurs au lieu de répondre à nos besoins réels.

Lorsque nous revivons à plusieurs reprises une situation désagréable nous sommes souvent dans un mode d’accusation envers soi-même ou envers l’autre. Nous voulons nous changer nous-mêmes ou changer l’autre sans tenir compte du besoin réel qui se cache derrière notre blessure émotionnelle qui est activée, simplement parce qu’il y a une peur pour Soi dont on n’est pas conscient, qui est plus forte que notre désir et notre besoin. Et tant que nous ne devenons pas conscient de cette peur nous ne pouvons pas prendre conscience de nos besoins réels et y répondre.

Il convient de distinguer désirs et besoins.
Nos désirs se situent au niveau de notre plan matériel, dans le «faire » et le « avoir » alors que nos besoins se situent au niveau de notre plan spirituel, dans le « être ».

Ce sont les actions que nous posons ( faire ) qui nous permettent de manifester nos désirs dans notre vie, et cette manifestation nous permet d’obtenir un résultat ( avoir ) qui est censé combler nos besoins par le senti que cela nous procure ( état d’être ).

Alors, lorsque l’on souffre dans une relation comment savoir si nos désirs répondent à nos besoins réels ?
Le simple fait de souffrir dans une relation est déjà une indication que nous sommes à l’opposé de nos besoins réels.
Dès lors que l’ont vit de l’inconfort et du mal-être dans nos relations il est certains qu’il y a un ou plusieurs besoins en nous qui ne sont pas comblés.
Cela ne veut pas dire pour autant que c’est à l’autre de combler ce(s) besoin(s), bien au contraire.

Très souvent dans les relations de  « codépendance » nous nous acharnons à vouloir à tout prix forcer les choses croyant ainsi répondre à nos besoins réels alors que c’est simplement notre ego, nourri par nos peurs et nos blessures émotionnelles qui nous oriente dans la direction opposée, s’imaginant qu’il nous protège de la souffrance.

C’est le cas lorsque par exemple nous nous acharnons à vouloir poursuivre une relation qui présente tous les signes d’une relation non bénéfique pour Soi.
Nous nous accrochons à l’illusion que tout finira par s’arranger, nous refusons de voir les signes que la vie nous présente et nous nous faisons croire que l’autre finira par répondre à nos besoins. Nous sommes persuadés que seul l’autre peut répondre à nos besoins et que c’est là même notre seul besoin. 
C’est ce que nous avons appris dès notre enfance mais cet apprentissage est loin de nous procurer le bien être dont nous avons réellement besoin.

Nous sommes incapables d’être à l’écoute de nos besoins réels parce que nous nourrissons l’illusion que ce que nous éprouvons pour l’autre est un amour intense et passionnel, et nous sommes dans l’illusion que l’autre nous appartient, qu’il le veuille ou non.

Mais si nous avions le courage de regarder profondément en nous pour considérer honnêtement la situation, nous réaliserions que ce n’est pas vraiment l’autre que nous aimons. Si non, pourquoi l’accusons-nous ? Pourquoi lui faisons-nous autant de reproches ? Pourquoi cherchons nous autant à le changer ?

Ce que nous aimons réellement c’est l’idée qu’il puisse répondre à nos attentes et qu’il puisse combler tous nos besoins.

La vie a beau nous avoir démontré maintes et maintes fois que cela n’arrivera pas, que nous n’aurons jamais le pouvoir d’obliger l’autre à répondre à nos attentes et qu’il ne pourra jamais combler tous nos besoins, nous continuons d’entretenir cette illusion et nous continuons de confondre notre attachement
(amour par intérêt) avec de l’amour véritable.

Cela n’arrivera jamais parce que l’énergie divine qui nous a créés a fait de nous des Êtres parfaits dépourvus de besoins provenant des autres car nous avons tout en nous pour combler nos besoins réels. Il n’appartient pas aux autres de le faire à notre place et ce n’est pas le but des relations. Les relations n’ont pas pour but que l’un comble les besoins de l’autre.

Bien sûr cela ne nous empêche pas de cocréer notre vie les uns avec les autres, cela ne nous empêche pas de savoir faire des demandes ni d’accepter de l’entraide mais il n’est pas nécessaire pour cela de dépendre de quelqu’un en particulier.

 

Le plus grand besoin de la personne dépendante affective c’est justement d’apprendre à se passer de l’autre, apprendre à se sentir sécurisée par elle-même et cesser enfin de dépendre de l’autre pour découvrir tout le potentiel qu’il y a en elle.

Ce n’est pas par hasard que la Vie lui envoie des relations où elle expérimente la peur de répondre à ce besoin. C’est parce que son âme désire profondément dépasser cette peur par l’expérimentation de ce besoin car ce n’est qu’en l’expérimentant qu’elle découvrira la liberté.

Prendre soin de réaliser vos désirs les plus chers afin de répondre aux besoins profonds de votre Être, c’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous offrir.

Cet article (texte intégral) a été écrit par :
Cristina Marques, Conférencière et auteure du livre
« Confidences d’une ancienne dépendante affective »
http://www.magneticobonheur.com/magneacutetico-blog/les-desirs-et-les-besoins-dun-dependant-affectif

 

www.mordredanslavie.com

 

468 ad

1 commentaire

  1. J aime énormément cet article il dénonce beaucoup de vérité cachée.

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *