Menu de catégories

Publié par le 11 Oct, 2017 | 0 commentaire

La fatigue au changement de saison?

La fatigue au changement de saison?

C’est bien connu : à l’arrivée de l’automne, nombre de personnes subissent une baisse de moral et une fatigue passagère. Pour certains, cette fatigue survient même à chaque changement de saison. Le point sur les mécanismes en cause et la prévention.

Les changements de saison, propices à la fatigue

Que ce soit à l’arrivée du froid de l’automne ou au printemps, lorsque la nature se réveille, il est très courant d’éprouver une fatigue passagère. Si des petites baisses d’énergie sont tout à fait normales en cours d’année, elles ne doivent pas se chroniciser. Ainsi, la fatigue récurrente et persistante liée au changement de saison doit être prise au sérieux. Chez certaines personnes, elle peut altérer considérablement la qualité de vie, en particulier pendant l’hiver.

Le phénomène est de plus en plus étudié et l’on sait aujourd’hui bien le prendre en charge et même le prévenir, notamment grâce à la photothérapie (luminothérapie). Mieux vaut donc réagir à temps pour retrouver toute son énergie rapidement.

La fatigue de l’automne : mécanismes

Nous y sommes tous sujets, à des degrés divers. Lorsque les jours raccourcissent, que le froid s’installe, on est moins actif, plus fatigué, et on souffre parfois d’une petite baisse de moral. Rien de plus normal.

Si les études scientifiques n’ont pas identifié clairement les causes de ce blues d’automne, on sait que la baisse de la luminosité y joue un grand rôle. Différents mécanismes agissent probablement en combinaison, dont:

  • Un trouble du rythme circadien (réduction de son amplitude). Notre horloge interne doit être en phase avec les conditions d’ensoleillement et l’alternance jour/nuit. L’organisme reçoit notamment la lumière à travers la rétine, dans l’oeil, qui relaie les signaux au cerveau. Celui-ci est le «chef d’orchestre» du rythme circadien, mais il semble qu’à l’automne, un dérèglement soit fréquent.
  • Une désynchronisation ou une perturbation de la sécrétion de la mélatonine (l’hormone du sommeil).
  • Une modification des concentrations cérébrales de neurotransmetteurs (les molécules qui servent de «messagers» entre les neurones), dont la sérotonine, qui régule l’humeur.
  • Le manque de stimulation lumineuse au niveau de la rétine, ce « film photographique » du fond de l’œil qui, chez certaines personnes, serait moins sensible à la lumière.
    Résultat, à mesure que les jours raccourcissent, un décalage peut se créer entre le rythme circadien interne et les signaux extérieurs, ce qui conduit à une fatigue parfois persistante.
    La fatigue saisonnière : pas seulement en hiver !

Si l’on connaît tous la fatigue hivernale, le fait d’être exténué au printemps peut paraître plus inhabituel. Pourtant, de nombreuses personnes ont une baisse d’énergie au moment où la végétation se réveille et que le soleil chauffe à nouveau. Pourquoi? Là encore, les mécanismes sont multiples. On parle notamment d’épuisement du système immunitaire, qui a lutté contre moult microbes durant l’hiver. Il n’est d’ailleurs pas rare d’attraper un rhume carabiné en plein mois d’avril.

Enfin, certains scientifiques avancent l’idée que le corps doit se réajuster lorsque les jours s’allongent. Mis en «hibernation», le métabolisme fonctionnait au ralenti durant l’hiver. Le corps a sécrété davantage de mélatonine, la fameuse hormone du sommeil. Au printemps, les sécrétions de mélatonine et d’un neurotransmetteur stimulant (la sérotonine) doivent donc se rééquilibrer. Cette phase d’ajustement, qui prend quelques semaines, peut entrainer une fatigue. Celle-ci dure toutefois moins longtemps que la fatigue de l’automne.

Dépression saisonnière : une vraie maladie

Le blues survenant pendant les mois d’hiver est décrit depuis l’Antiquité. Cependant, ce n’est que depuis les années 1980 que les médecins reconnaissent que, chez certaines personnes, il s’agit d’une vraie maladie: la dépression saisonnière, ou trouble affectif saisonnier («seasonal affective disorder» en anglais).

Dans les pays tempérés et nordiques, 10% de la population serait concernée par ce syndrome. Si l’on se base sur les critères les plus stricts de diagnostic, la prévalence atteindrait plutôt 1 ou 2% des adultes en Europe et en Amérique du Nord. La dépression saisonnière est plus fréquente chez les femmes (presque 4 fois plus que chez les hommes), notamment avant la ménopause. Les enfants et adolescents peuvent aussi être touchés, mais ce trouble se manifeste le plus souvent pour la première fois dans la vingtaine.

Contrairement à la fatigue hivernale passagère, il s’agit là d’une vraie dépression, dont l’impact sur la qualité de vie peut être considérable. Les symptômes principaux sont la perte d’énergie, la tristesse, le besoin de dormir plus qu’à l’accoutumée, l’augmentation de l’appétit (fringales sucrées) et la prise de poids. Ces symptômes, qui surviennent généralement à l’automne, disparaissent d’eux-mêmes au printemps.

Dans le doute, un examen s’impose                                                                                                                                                    

Une fatigue persistante n’est jamais normale. Elle peut être le signe d’un problème plus grave, comme une maladie chronique, ou une dépression (c’est d’ailleurs le symptôme principal de la dépression). Certaines maladies infectieuses, comme la mononucléose, peuvent aussi se traduire par une grande fatigue.

Ainsi, lorsque la fatigue dure, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin. Celui-ci effectuera probablement un bilan sanguin en plus d’un examen médical. Cela permettra d’écarter certaines causes de fatigue chronique, comme l’hypothyroïdie ou l’anémie (carence en fer).

Dans la majorité des cas, toutefois, l’examen ne révèle rien d’anormal. Le meilleur moyen pour retrouver sa forme sera donc de continuer à rester actif en hiver, notamment en pratiquant une activité sportive régulière, de garder de bonnes habitudes de sommeil et d’adopter une alimentation équilibrée en attendant les beaux jours !

Cure de lumière : photothérapie

En cas de véritable dépression saisonnière, revenant année après année, la luminothérapie(ou photothérapie) a fait ses preuves. C’est le traitement de choix, même si des antidépresseurs peuvent aussi être prescrits en cas de symptômes sévères.

Bien qu’il n’existe pas vraiment de consensus scientifique quant à l’intensité lumineuse, le spectre et la durée de l’exposition nécessaires au traitement, la plupart des lampes proposent une lumière proche de celle du soleil. Des études récentes ont toutefois montré que la lumière « bleue » était aussi efficace.

La luminothérapie est efficace rapidement, après 2 semaines de traitement environ. Les études montrent qu’elle permet:

  • d’augmenter le degré d’activité pendant la journée
  • d’augmenter l’amplitude des rythmes circadiens
  • de normaliser les retards de phase des rythmes circadiens (le fait, fréquent en cas de dépression saisonnière, de décaler l’heure du coucher et de peiner à se lever le matin).

Dépression saisonnière : comment la prévenir ?

Si vous êtes sujet aux dépressions saisonnières, certaines mesures peuvent limiter l’intensité de votre blues

– Sortir le plus souvent possible de chez soi, même en hiver, pour bénéficier de la lumière du soleil (la luminosité en appartement est faible) ;

– Quelle que soit la météo, passer le plus de temps possible à l’extérieur et y faire une activité physique modérée (marche, vélo, par exemple pour se rendre au travail) ;

– Pratiquer un sport de façon régulière, si possible en plein air.

http://www.passeportsante.net/

www.mordredanslavie.com

468 ad

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *