Menu de catégories

Publié par le 10 Nov, 2017 | 0 commentaire

Vivre sa vie tout simplement

Vivre sa vie tout simplement

Il y a de ces moments si intenses qui nous chavirent complètement, de ces imprévus improbables mais possibles qui se présentent dans notre vie et qui nous transforme. Après certains événements, la vie n’est plus pareille et nous non plus. Nos priorités, nos désirs, nos perceptions, nos besoins et notre vision de la vie changent pour de bon. C’est alors que les changements s’opèrent. C’est alors que tu ne veux pas la vie que la société te propose. John D. Rockefeller disait : «Pour réussir, il faut trouver de nouvelles voies plutôt que de parcourir les chemins usés.»

Dans notre société actuelle, on travaille très fort pour devenir quelqu’un que nous ne somme pas véritablement parce qu’on ne s’accepte pas et qu’on ne s’aime pas. On y laisse notre santé, notre temps, notre énergie et notre bonheur. On y laisse tout et ce tout est l’essentiel que nous perdons sans même nous en rendre compte. On est toujours en compétition avec les autres et ce, depuis notre petite enfance. On pense à soi uniquement dans cette jungle chaotique où les priorités ne sont pas à la bonne place. On étudie fort, on déniche un travail, on se case avec quelqu’un (qui parait bien et qui correspond à nos innombrables critères préférablement), on a des enfants, on a une maison (la plus grosse préférablement), on a une voiture (la plus belle selon nos critères), on travaille fort, on stress, on vit à un rythme de vie rapide et infernal parce que nous devons consommer toujours plus afin de combler plein de vides et pour faire plaisir à tout le monde. Ensuite, les enfants partent de la maison en répétant malheureusement, ce mode de vie qui se perpétue au fil des générations. Puis vient le moment ou on espère pouvoir vivre aisément notre retraite et être finalement heureux (vers la fin de sa vie), mais souvent la maladie ou d’autres épreuves arrivent et, un moment donné, la mort nous frappe… beaucoup trop vite parce qu’au fond, on n’a jamais vécu vraiment la vie… notre vie.

Est-ce ça le sens de la vie?

Est-ce que l’être humain doit vraiment vivre de cette manière?

John Lenon a écrit: « Quand je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être quand je serai grand. J’ai répondu : heureux. Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie. »

Avec ce moule standard qui renforce l’individualisme et alimente le capitalisme, on croit être heureux mais au lieu de vivre notre bonheur dans le moment présent, on donne notre pouvoir aux autres, on abuse par la surconsommation pour combler nos manques et notre mal-être, on dénature le sens de notre vie. Tout en se croyant invincible. Ce cocon de sécurité et de confort durement acquis renforce cette perception d’invincibilité. On ne vit pas, nous sommes comme des robots qui doivent être absolument parfaits.

Il nous est tous arrivé d’accompagner des gens dans des souffrances inhumaines dénaturées de sens où la vie n’avait plus de valeur, de côtoyer des personnes qui ont tout perdu (même leur vie) pour avoir pris un chemin autodestructeur.

Quand on constate tout ce non sens, qu’on voit et qu’on entend parler de gens qui ont choisi ce chemin irréversible, on a juste envie de se faire une promesse: NE JAMAIS PRENDRE CE CHEMIN DE DESTRUCTION.

La vie ce n’est pas avoir et obtenir, mais bien être et devenir. Quelques instants avant de mourir, vous n’allez pas vous remémorez tous les diplômes, les médailles, les trophées, les exploits professionnels que vous aurez reçus et accomplis. Vous n’allez pas vous remémorez de tous les biens que vous avez possédés, mais les gens que vous aimez, avec qui vous avez passé de bons moments. Vos plus grands regrets seront de ne pas vous être réconcilié avec telle personne, de ne pas avoir accompli vos rêves ou de ne pas avoir assez exprimé à quel point vous aimez telle personne.

Assumer de prendre sa voie, c’est rayonner notre plein potentiel humain. Oser vivre autrement, parfois à contre-courant et être différent, c’est se donner le droit d’être qui on est, d’exister et de vivre véritablement.

Il faut cesser de vouloir entrer dans un moule qui ne nous convient pas, nous devons plutôt apprendre à vivre et à s’aimer telle que nous sommes tout en guérissant de nos blessures. Suivre ce chemin demande du temps, de la bienveillance et de la compassion envers soi-même.

En revanche, celui qui a connu l’adversité, l’échec, les refus et les épreuves comprend la valeur du succès, sait l’apprécier et éprouvera même de l’empathie et de la compassion devant ses adversaires. Les plus grands gagnants sont très souvent d’anciens perdants, d’anciens rejetés.

Carole L’Archer                                                                                                                                                                  www.mordredanslavie.com

468 ad

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *